• LA MUSIQUE DU CONGO BRAZZA - ET LES MERVEILLES du PASSE MUSICAL

    De Pointe-Noire à Brazza, les congolais se distinguent depuis les décennies pour leur sens inné de la musique.

     Description de l'image Congo Republique carte.gif.

    De Pointe-Noire à Brazza, les congolais se distinguent depuis des décennies pour leur sens inné de la musique.

     Le Congo-Brazzaville est petit par la taille et grand par la musique.

    Et qui dit musique congolaise dit d’abord rumba.

    Les historiens sont quasi unanimes : la rumba congolaise est née d’une danse appelée le kumbia

    (« nombril »), pratiquée dans le royaume Kongo.

    Le royaume kongo ou l'histoire du peuple kôngo - DAC E-NEWS

    Ce puissant royaume précolonial fut constitué de quelques pans des territoires de l’Angola, de la RD Congo, du Congo et du Gabon actuels.

     Cette rumba de Cuba s’est diffusée en Afrique de l’Ouest après le passage des cargos transatlantiques dans les ports de la région, dans les années 1930, pour ensuite revenir en force sur ses terres de naissance, avec l’arrivée en Afrique centrale, par vagues successives, des « coastmen », ressortissants ouest-africains venus du Ghana, du Nigeria, du Sénégal, etc., et en s’inspirant de quelques crooners européens, comme : Tino Rossi, Dario Moreno, qui ont influencé l’écriture musicale sur les deux rives du fleuve Congo.

                                        ________________________

                             LES INCONTOURNABLES

     

                                    _______________________________

    L'essor de la rumba à Brazzaville remonte aux années 1950, portée par des artistes tels que Jean Serge ESSOU

     Il y a 09 ans disparaissait Jean-Serge Essous, le phénix de la rumba, la  salsa et la Biguine - Pagesafrik.info

     Jean-Serge Essous, né à Brazzaville le 15 janvier 1935 et mort dans cette ville le 25 novembre 2009, était un jazzman, saxophoniste et clarinettiste, congolais. 

                                              Jean Serge Essous - Philosophie-

     

                                         =====================================================

                           AVEC L'ORCHESTRE BANTOUS JAZZ

                                 ( Sur Quelques MORCEAUX MUSICAUX)

                                              ______________

                                           Les Bantous de la Capitale Milena (Concert/Live)

              

          ===================================================================================                                       Les Bantous de la Capitale Masuwa (Concert/Live)

    ==========================================================================================

                                  Les Bantous de la Capitale - Jossens (Concert/Live)

    =======================================================================================

                         ___________________________

     

    L’influence de Kinshasa, dans les années 1970, a changé la donne.

    Description de l'image Congo Rep Dem carte.gif.

    L’influence de Kinshasa, dans années 1970, après la formation de groupes comme le Zaïko Langa-Langa, a changé la donne.

    La nouvelle forme d’expression musicale incarnée par cette vague n’avait pas la sensualité de la rumba congolaise traditionnelle.

    « Les textes sont devenus plus longs.

    Cette musique a été dépouillée des harmonies des instruments à vent qui ont été remplacés par des synthétiseurs »,

    explique Henri Ossebi,

    ambassadeur du Congo à l’Unesco.

    Cet anthropologue, ainsi que d’autres experts (y compris de Kinshasa), veulent inscrire la rumba congolaise au patrimoine immatériel de l’humanité.

                       ____________________________

    La rumba jugée ringarde par les jeunes générations

    Les jeunes générations ont coupé le cordon ombilical avec la rumba, jugée ringarde.

    Ils se tournent vers d’autres genres musicaux, notamment le rap, portés par des chanteurs tels que Key Kolos et Fanie Fayar.

    « La rumba est le socle de notre musique, mais les jeunes s’en détournent.

    Ils sont influencés par la télévision, la musique américaine, etc.

    La rumba est menacée », regrette le chanteur Zao, rendu célèbre par son adaptation du titre      

                                          Ancien Combattant, en 1984.

                                         ____________________________________

                              

    Pourtant, dans son sillage et dans celui des Bantous de la capitale, quelques jeunes musiciens continue de faire vivre et de faire évoluer la rumba, comme Walo Boss-Tino.

                                                        Pont sur la Rumba

                                                                WALO BOSS TINO

                                          ________________________________________

    =======================================================================================

                                 

     ________________________________________________________________

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Juillet à 11:00

    Bonjour l'ami bel article car je connais pas du tout

    j'apprécie  la rumba 

     bon weekend amitié

     

    2
    Vendredi 16 Juillet à 11:53

    Bonjour monsieur Jean

    Bel article, et bizarre le lien que j'ai mis sur le site concernant les interprètes du Congo etc...marche chez moi, de surcroît j'avais une liste de chansons et musique de une heure, mais impossible de te l'envoyer via mail, trop lourd fichier il m'est écrit, bref, tu dois connaitre de toute façon, voila, bonne journée, bisou d'amitié @plus

    3
    Vendredi 16 Juillet à 22:00

    Très beau Blog  vous êtes un champion de la défense des droits humains,c'est magnifique  tous ses Star du monde entiers tout est super .

    Bise Prenez soin de vous et des votre .

    4
    Samedi 17 Juillet à 06:09

    coucou jean 

    moi non plus je connais pas et j aime beaucoup

    merci a toi 

    gros bisous

    dany

    5
    Samedi 17 Juillet à 06:10

    Bonjour Jean,

    J’ai écouté à deux reprises ancien combattant en 1984 il y a tellement de réalité dans les paroles de cette chanson, néanmoins je préfère rester sur philosophie Jean serge Essous 

    Merci Jean de me faire connaître ce que mon beau-frère et belle-sœur ont vécu pendant plusieurs années au Gabon et mon fils sur l’Angola

    Wahooo super intéressant comme article sur les merveilles du passé musical

    Excellent week-end  à vous deux

    Bises amicales

     

    6
    Samedi 17 Juillet à 12:00

    Je passe te souhaiter un bon samedi en espérant que tout continuera pour toi et Janet à aller mieux, je pense arrêter mon blog, ou faire une pause, reçois mon amitié.

    7
    Dimanche 18 Juillet à 11:06

    Ils naissent avec le rythme dans la peau, merci pour ce beau partage, 

    bon dimanche.

    8
    Lundi 19 Juillet à 15:55

    Bonjour et merci, Jean, j'ai appris des choses, par cet article, nous sommes au coeur de l'Afrique avec tous ses rythmes, beau partage

    Bon lundi, Bises, Yveline "mamyvel"

    9
    Lundi 19 Juillet à 16:58

    Très bel article avec de la musique bien rythmée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :